Le Monde de la Photo #5

posted in Art

Le Monde de la Photo #5

Voici un nouvel article qui me tient à coeur, celui ci vous permet de découvrir l’envers du décor d’une image réalisée en 2015 à Londres. Une pige écrite pour Le Monde de la Photo.

Patriotisme Prémonitoire

Photographe dans le sport et la culture, je réalise parfois pour le plaisir des petites séries de photographies sociales ou urbaines. Cette fois, c’est à Londres que je suis allé déambuler, trouver l’inspiration, photographier.  

 

EXIFS

Boîtier : Canon EOS 5D Mark III
Objectif : Canon EF 24-70 mm f/2,8 L II USM à 24 mm
Vitesse : 2s
Ouverture : f/22
Sensibilité : 4000 Iso

 

Londres

Londres est une destination sublime pour tout photographe, accessible en Eurostar sans trop de limitations de bagages. Pour les plus inquiets, le sentiment de sécurité est plutôt bon, ce qui vous permettra de sortir votre boîtier dans à peu près toutes les circonstances (comme ici, où j’aurais pu me mettre à quelques mètres, immobile, pour apparaître net sur l’image). De plus, la réputation des Londoniens et Londoniennes n’est plus à faire : un style extravagant et inimitable, un flegme légendaire et un goût prononcé pour le thé ! Enfin sur le plan architectural et culturel, Londres reste riche des quartiers coloniaux à l’architecture moderne, mais également de bâtiments néoclassiques (NDLR : la plupart des musées sont gratuits). C’est donc un vrai plaisir pour les photographes d’architecture.

 

Prémonition

Ce jeudi 12 novembre 2015 à 18h30, je décide de faire une image sur le Tower Bridge. J’avais remarqué beaucoup de photos de ce monument, mais un peu moins de clichés pris depuis le pont même. Mon idée était simple : réaliser une pose longue pour éliminer les passants à un moment où un bus rouge londonien, emblématique, passait à droite. Un voyage outre- Manche de quelques jours, pendant lesquels la France connaît un événement tragique le 13 au Bataclan à Paris. C’est le lundi, en exportant mes images, que celle-ci me saute aux yeux. Photographe, voyageur, issu d’une famille de résistants, j’ai toujours été sensible au respect des autres cultures tout autant qu’aux valeurs de notre pays dont l’un des symboles est son drapeau, couleurs qui peuvent être lues dans cette image. Hasard ou coïncidence ?

 

La photo

Plus facile à dire qu’à faire, car même s’il passe beaucoup de bus rouges, il ne fallait pas qu’à cet instant une personne reste trop immobile (comme la photographe à gauche, que je conserve pour le clin d’oeil). Je ne devais pas avoir un temps de pose trop long pour que l’on reconnaisse néanmoins le bus. Je voulais également préserver le scintillement des lumières sur la tour, je fermais pour cela le diaphragme à f/22. Les bus passant tout de même assez vite, je ne dépassais pas 2 secondes d’exposition. Après un test, je montais à 4 000 Iso. J’oubliais, la tour passait du blanc au violet en passant par le vert, l’orange et le bleu. Impensable de mettre du vert dans cette composition, mais c’est un hasard pour cette image – la seule qui me convienne sur les dix que je me suis accordées – que la lumière de la tour soit entre le passage du bleu au blanc ! Ce cliché n’est guère sorti de mon cercle proche, ne voulant pas me servir de l’actualité comme faire-valoir. Elle m’aura tout de même permis de me rappeler que ces couleurs ne sont pas l’apanage d’une force politique, mais bien notre symbole national partagé.

 

Pour vous donner envie de retrouver mes articles mais aussi ceux de mes confrères Fabrice Milochau et Kares Le Roy voici la maquette des articles à retrouver chez votre buraliste à la page  Le Monde de la Photo.